Naissance …

La peinture naît sous le regard, au moment même du regard.

Alors, derrière le terme monochrome, le long des tracés lents et larges, s’éveille la lumière, ses éclats tranchants, ses recouvrements voluptueux, ses contre-jours implacables, ou ses vibrations les plus ténues.

Lieu où viennent se faire et se défaire des sens, la toile, au mépris de l’illusion ou de la représentation, ne laisse agir que des rapports de couleurs, de textures, ce qui en toute légitimité, lui serait propre, face à la liberté, rigoureusement respectée de celui qui la regarde.

Publié dans : Mon livre "Mes émotions" |le 26 janvier, 2008 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

PORTRAITS |
Aux arts, citoyens ! |
HUMANUTOPIA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sculptures
| zayzazay
| la roulotte compagnie