Les portes du désespoir …

nldr oeuvre du même nom.

Les yeux plein de nostalgie posés sur l’ombre du monde et la réalité de ses horreurs.
C’est un monde ensanglanté que l’on découvre, une vie déchirée de part et d’autres, une vie inachevée, tout comme les barreaux d’une porte, bruts, sans forme définies, et qui enclavent le désespoir de la guerre.
De temps en temps une lueur d’espoir, quelques traces d’une colombe blanche, imaginaire, fugace, mais, qui sitôt est comme engloutie par un ras de marée aux couleurs de la mort.

Le rouge et le noir sont entrelacés, mais nous sommes loin du roman de Stendhal. Nous sommes au coeur du roman de notre siècle. Espérons que la colombe blanche reviendra, et, qu’elle laissera sur son passage, non pas une lueur fugace, mais la Paix…

Publié dans : Mon livre "Mes émotions" |le 19 avril, 2008 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

PORTRAITS |
Aux arts, citoyens ! |
HUMANUTOPIA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sculptures
| zayzazay
| la roulotte compagnie