L’art abstrait …

L’art abstrait est nécessairement un monde beau ou un monde laid.
S’il n’est ni l’un ni l’autre, s’il ne fait pas vibrer une corde, bonne ou mauvaise, alors cela veut tout simplement dire que l’oeuvre reste indifférente et ne dégage rien.
La détermination esthétique, l’état de sensibilité d’une oeuvre abstraite sont voués dans le principe à déplaire ou à plaire
pas à laisser indifférent.

… Don’t acte …

Publié dans : Mon livre "Mes émotions" | le 18 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Petite phrase …

Comme disait Picasso  » Je ne cherche pas, je trouve »

Publié dans : Partager | le 18 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Portes du désespoir …

diapo.jpg

Publié dans : Mes oeuvres | le 18 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Le cubisme et ses caractéristiques …

Certains artistes comme Braque et Picasso vont délaisser très progressivement les pinceaux ainsi que la peinture afin de coller, d’épingler, ou d’assembler des matières de récupération, de bricolage comme: papier peint, cartes, bois, métal, partitions de musique, ficelle …
Les paysages et les personnages de la période cézannienne semblent bien éloignés. Il faut y ajouter les natures mortes inspirées des univers des cafés et de la musique: tables de « bistrot »; bouteilles, verres, journal, guitare, pipes, violon…
Le spectateur se trouve stimulé par un échange. Effectivement, des signes permettent de reconnaître des objets ( stimulation d’objets, lettres). Et, l’équivalent pictural de l’objet s’efforce d’être réduit par les moyens plastiques. L’essentiel des formes est « indiqué » par le dessin. La réduction géometrique du sujet et du fond va développer le rythme saccadé. Les « passages cezanniens », petites facettes géometriques overtes qui s’interpénètrent, sont là pour traduire la discontinuité des plans dans l’espace et l’éclatement de l’objet dans les deux dimensions du support.
L’artiste rend compte du sujet sous tous les angles. Les formes ne reçoivent pas du tout d’éclairage mais émettent simplement des variations lumineuses autonomes sous l’aspect de facettes claires et sombres.
La couleur se simplifie puis se réduit à des tons de convention – c’est un élement subjectif, car il dépend tout simplement de l’oeil qui le perçoit ainsi que de l’éclairement de du motif –
Durant la periode analytique, la gamme des gris et des ocres envahit l’espace.
La couleur est réintroduit par des papiers imprimés achetés dans le commerce (papier peint, papier faux bois …) et, qui sont tout simplement collés sur le support. Les motifs imprimés des produits dits « manufacturés » puis les ojets réels assument la représentation dans le but d’éliminer le travail du pinceau, devenu beaucoup trop subjectif.

Publié dans : Non classé | le 13 février, 2008 |30 Commentaires »

Revenons à notre but .

Après ces quelques jours sans nouvelles, revenons à notre but, vous faire partager ma passion, l’Art, avec un voyage au coeur de l’histoire de l’Art au XXe siècle. Reprenons donc le cours de l’histoire, nous nous étions arrêtés au Cubisme. Donc reprenons … ( et oui la musique fait partie de l’Art … )

photo142.jpg

Publié dans : Partager | le 13 février, 2008 |1 Commentaire »

Collection « Désir » …

Collection

Publié dans : Mes oeuvres | le 13 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Une envie … de vous faire … partager …

Une amie m’a fait parvenir cette citation :

 » La peinture est à fleur de toile, la vie n’est qu’à fleur de peau. » Eugène Fromentin (1820-1876)

Je trouve cette phrase merveilleuse avec tout ce qu’elle englobe de philosophique.

Merci Konstance.

Publié dans : Partager | le 6 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Le cubisme …

La date point de départ du cubisme est incontestablement 1907.
L’artiste point de départ sans aucun doute Pablo Picasso.
L’oeuvre qui marque le départ de cette aventure est Les Demoiselles d’Avignon.
Cette merveilleuse aventure sera menée conjointement par Pablo Picasso et Georges Braque. Ce mouvement va associer plusieurs artistes peintres et sculpteurs qui vont offrir une riche diversité entre 1911 et la seconde guerre mondiale.
Ce mouvement est crucial dans l’histoire de la peinture. Effectivement, c’est un mouvement qui est élaboré avec l’intention d’un jeu intellectuel – et oui – et non d’un manifeste esthétique. Je m’explique plus simplement: un tableau cubiste montre ce que l’on sait des choses et non ce que l’on en voit d’un point de vue donné. L’étude approfondie des oeuvres de Paul Cézanne permet d’élaborer un langage qui adapte la figuration à l’espace plan du tableau. Il y a trois étapes dans ce mouvement:
le CUBISME CEZANNIEN ( 1907 – 1909 ) – le CUBISME ANALYTIQUE ( 1909 – 1912 ) qui va multiplier les points de vue et décompose géométriquement le fond et le sujet au point de rendre la figuration illisible – le CUBISME SYNTHETIQUE ( 1912 – 1914 ) qui va introduire les papiers collés.
C’est le salon de Indépendants qui va présenter le cubisme au public pour la première fois ( 1911 )

Publié dans : Non classé | le 31 janvier, 2008 |Pas de Commentaires »

Le Fauvisme et ses caractéristiques …

Bien entendu, les nus et portraits, les paysages, les sujets, restent figuratifs mais ont une représentation simplifiée.
Le tableau fauve, nie la profondeur et les volumes, et s’accorde en quelque sorte à la planéité du support.
La ligne modifie les formes.
La nature est simplement si je peux dire, exprimée par des plages de couleur pures, très souvent violentes, et d’une rare luminosité intense.
L’apprêt du blanc renforce l’intensité des couleurs.
Les émotions sont traduites par l’emportement de la touche.

Publié dans : Non classé | le 29 janvier, 2008 |Pas de Commentaires »

Le Fauvisme …

Le Fauvisme est un mouvement pictural Français (1905-1907). Ce style doit simplement son appellation au fait qu’un journaliste qualifie ses représentants de « fauves ». Ce journaliste est Louis Vauxcelles.

Les artistes ont le désir profond de séparer la couleur de sa référence à l’objet, et favorisent ainsi la libération de la force expressive. Ils réagissent dune manière très provocatrice contre les sensations visuelles de l’impressionnisme.
Le fauvisme va se référer a la poésie des tons de Paul Gauguin et à la libération du trait dans l’oeuvre de Toulouse Lautrec.
L’esthétique fauve est marqué par l’inspiration de arts africains et océaniens. Cette inspiration se développe en relation avec celle des expressionnistes, en rejetant bien entendu le contenu tragique.

Les Fauves sont montrés du doigt et, critiques et public soulèvent envers eux beaucoup d’hostilité.

Ils sont néanmoins soutenus par quelques marchands comme par exemple Berthe Weill et également Ambroise Vollard.

Publié dans : Non classé | le 28 janvier, 2008 |3 Commentaires »
1...56789...14

PORTRAITS |
Aux arts, citoyens ! |
HUMANUTOPIA |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sculptures
| zayzazay
| la roulotte compagnie